La boutique photo/vidéo nouvelle génération
Mon Panier
Livraison offerte dans 0 Livraison offerte

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Mon Panier Consulter mon panier

Bienvenue, connectez-vous

Mot de passe oublié ?

[VIDEO] Comment choisir le bon micro pour son réflex[VIDEO] How to choose the right mic for your HDDSLR

Photo par Benjamin Brolet (avec son aimable autorisation)

Dans cette nouvelle émission Merwen et Frédéric Robin vont vous conseiller sur le choix de la meilleure solution audio pour filmer avec votre réflex. Des microphones Rode, en passant par Sennheiser et pour finir sur les mixettes XLR et enregistreurs Beachtek, Tascam et Zoom vous aurez une vision plus claires des différentes solutions de captation audio qui s’offrent à vous.

Mais mon réflex est déjà équipé d’un micro ?

Pour obtenir une qualité sonore correcte, il n’est même pas envisageable d’utiliser le micro interne de votre réflex. Premièrement sa directivité est très large, ce qui va vous rendre la tache difficile si vous souhaitez capter de la voix, sans avoir de bruits parasites qui feront certainement partie de votre environnement de tournage.

Deuxièmement, le micro embarqué dans votre réflex risque également de capter les nombreux bruits qui peuvent intervenir près de votre boîtier. Comme la mise en marche du stabilisateur de votre objectif, la manipulation des molettes pour changer votre exposition, etc.

Pour les professionnels et les amateurs exigeants, le micro intégré servira uniquement à la synchronisation sonore en post-production.

Version vimeo.com avec possibilité de la télécharger sur votre ordinateur :

Les critères de choix d’un micro

La directivité

Il existe plusieurs façons, pour un micro, de capter le son. Selon le type de microphone que vous choisirez, le premier critère sera certainement la directivité. Comment vais-je capter le son émis par mon sujet et à quelle distance ? L’environnement sera t’il bruyant ?  Est-ce que je veux garder cet environnement bruyant sur ma « bande son » ou vais-je simplement garder la voix ?

C’est à toutes ces questions que vous allez devoir répondre avant de choisir la directivité adéquate. Sans doute avec des compromis à faire sur l’encombrement, les sons à privilégier ou encore le budget alloué.

Voici les principales courbes de directivité aussi appelées « polar pattern » en anglais :

Les micros omnidirectionnels :

Souvent représentés pour un graphique (courbe de directivité) circulaire en découpe 2D ou sphérique en 3D, ces micros sont ceux qui ont la plus large des directivités. Un micros omnidirectionnels va chercher le son dans toutes les directions comme son nom l’indique. De l’avant en passant par les cotés mais aussi à l’arrière, le son environnant sera donc bien présent avec la voix.

micro omnidirectionnel

Sur mes tournages et notamment en mariage, j’utilise un micro Lavalier (micro cravate) omnidirectionnel afin de capter la voix des mariés lors des consentements par exemple. En général c’est le marié qui porte le micro car il est souvent habillé avec une veste de couleur sombre où le micro sera plus discret. Grâce à courbe de directivité très large il sera en mesure de capter également la voix de la mariée lorsqu’elle sera proche de son mari. Pour le prêtre, un second micro Lavalier peut-être prévu afin d’avoir les 3 principaux acteurs de votre film de mariage.☺

Exemple de micro : Sennheiser EW 112-p G3 Micro omnidirectionnel sans-fil/HF, Rode Reporter

Les micros Bi-directionnels :

Assez proches des omnidirectionnels, ces micros vont privilégier la captation dans deux sens afin de ne pas capter les sons environnants présents sur le coté. Ils peuvent être utilisés lors d’ITW rapprochés sur le terrain par ex ou encore en studio d’enregistrement pour les chanteurs. Le journaliste pourra alterner la position du micro afin de mieux capter sa propre voix et celle de son interlocuteur.

Micro bi-directionnel

Exemple de micro : Rode NT2-A

Les micros directionnels et uni-directionnels :

Dans ce type de directivité plus prononcée, on peut définir encore plusieurs sous-groupes ; des moins directifs aux plus directifs. Ils se nomment cardioïdes, car leur courbe de directivité adopte la forme d’un cœur.

Les sub-cardioïdes iront chercher le son devant le micro tout en conservant une directivité à l’arrière. Il reste assez proche des omnidirectionnels. Il reste cependant assez rares parmi l’offre que propose le marché.

Les cardioïdes : ces micros privilégient la captation du son vers l’avant en mettant à l’écart l’environnement présent à l’arrière. Ainsi la voix sera plus audible.

Micro cardioide

Exemples de micros : Rode micro de studio Podcaster, Rode micro Stereo VideoMic pro, Rode micro Stereo VideoMic

Les supers et hypers-cardioïdes : Très similaires, ces deux directivités offrent une captation largement privilégiée vers l’avant. Une légère sensibilité vers l’arrière peut capter des sons de manipulation ou de chocs du micros. C’est pour cette raison qu’ils sont souvent équipés de suspensions anti-chocs.

Micro Hypercardioïde

Exemples de micros : Rode micro casque HS1, Rode micro cravate Lavalier, Rode micro cravate PinMic, Série Rode VideoMic & pro, Sennheiser MKE-400 Micro canon supercardiode

Les shotguns !

On arrive maintenant aux micros dits « canon » (pas « Canon »e » » ☺) qui vont aller chercher le son encore plus loin et sur un angle de captation très restreint. Leur courbe de directivité laisse penser à de très longues focales en photographie, qui vont privilégier la capture d’une petite zone vers l’avant. Ces micros canons sont souvent utilisés pour des interviews terrains, capter des sons d’actions (bruitages), ou des voix parfaitement isolées du reste.
Les plus directifs des micros canon sont aussi utilisés à la télévision ou au cinéma pour aller capter distinctement des sons lointains. Un perchiste sera donc requis pour viser avec précision la voix de vos sujets, afin de ne pas avoir ces très longs micros dans votre champs de vision.

Micro shotgun

Exemples de micros : Rode micro canon NTG1, NTG2 & NTG3

Les différentes connectivités

L’autre critère à prendre en compte est la connectivité disponible sur votre appareil-photo ou caméra. Même s’il existe de nombreux micros munis d’une prise jack 3.5mm classique (adaptée aux réflex), certains microphones avec des fonctionnalités particulières ou haut de gamme, vont vous obliger à vous adapter.
En effet certains micros professionnels sont équipés d’une prise XLR. Cette grosse prise composée de 3 broches, est plus solide car protégée par une coque métallique anti-écrasement. 

Elle a aussi la particularité de permettre l’emploi d’une alimentation surnommée « phantom » en 48V pour certains micros (avec condensateur) ayant un fonctionnement plus gourmand en énergie (ex : micros shotguns)

La prise en compte du critère de la connectivité est importante, car à ce jour, aucun réflex est équipé de prises XLR ! De ce fait votre budget devra faire de la place à un adaptateur XLR permettant de brancher une prise XLR sur votre réflex. Attention, ne confondez pas cet adaptateur avec un simple embout métallique convertissant du XLR en jack, car il s’agit d’un appareil autonome permettant également d’alimenter votre microphone XLR avec une alimentation Phantom 48V !

Photos prise lors d’un tournage pour LovinpixTV

En effet si vous essayez de brancher un micro XLR via un simple embout XLR>jack 3.5mm, vous risquez d’entendre un bon gros ronflement ☺
Ces adaptateurs XLR (aussi appelés « mixettes audio ») autorisent également le monitoring via un casque afin de s’assurer que l’enregistrement reste conforme pendant le tournage. Et cette fonctionnalité absente dans beaucoup de réflex, est primordiale. Tourner sans monitoring audio, c’est comme filmer à l’aveugle… Chiche ?
Mais leurs bénéfices ne s’arrêtent pas là, car elles permettent aussi la gestion et le mélange de plusieurs pistes audio. Très pratique si vous enregistrez du son à partir de deux sources (micro cravate + micro canon par exemple) et ceci sans avoir à faire de synchronisation en post-production, puisque le flux de la mixette est directement envoyé au boitier réflex via la prise jack 3.5mm.
Le dernier avantage intéressant est la désactivation de la Gestion Automatique du Gain (AGC en anglais) qui va vous permettre de régler un volume d’enregistrement constant et de laisser ainsi place à la voix, cela au détriment des bruits ambiants.

Il existe également une alternative aux mixettes avec une fonctionnalité supplémentaire : l’enregistreur numérique. Les enregistreurs numériques permettent aujourd’hui d’enregistrer le son via des micros intégrés de bonne facture. De bien meilleure qualité que ceux qui équipent nos réflex. Ils ne sont pas forcément conseillés comme source d’enregistrement principale mais ils peuvent être un excellent backup en cas de problème, si votre autre source d’enregistrement devenait inexploitable.

Mais le principal avantage de ces enregistreurs est le fait de pouvoir connecter – comme sur les mixettes – un ou plusieurs micros XLR professionnels et faire le monitoring pendant l’enregistrement. Pour résumer, les enregistreurs permettent l’enregistrement audio sur carte SD, de mixer plusieurs pistes ensemble, de capter les voix avec ses micros intégrées de bonne qualité ; mais alors où se situe le compromis ?
Malheureusement, l’enregistrement audio se fera séparément de votre vidéo. Pour synchroniser le son et l’image, il faudra donc le faire en post-production via votre logiciel de montage préféré. Ce qui prendra forcément plus de temps qu’avec les mixettes…

Alors existe t’il un système parfait ? Il existe une solution qui combine à la fois les avantages de la mixette et des enregistreurs. Fostex a en effet dévellopé la DC-R302, mixette très haut de gamme permettant aussi l’enregistrement stéréo sur 3 pistes via une carte SD !

Mixettes conseillées :

Beachtek DXA-SLR MINI Adaptateur audio XLR / mixette

Beachtek DXA-SLR PRO Adaptateur audio XLR / mixette

Fostex DC-R302 Mixette 3 voies et enregistreur stéréo sur cartes SD

Casques conseillés :

Sennheiser casque HD 25 SP-II cable de 3m

Sennheiser casque HD 25-1-II cable de 1,5m

 

L’encombrement

Là encore, certains d’entre vous auront une contrainte d’encombrement ou de discrétion à respecter lors de leurs tournages. Selon vos travaux, certains micros canons compacts comme le Sennheiser MKE-400 permettront de le ranger rapidement dans un sac photo, sans avoir peur de tordre les élastiques anti-choc comme avec RODE Videomic, plus gros et plus fragile. De plus, la petite taille du MKE-400 impressionne beaucoup moins, et peu même laisser penser à vos sujets que vous les photographiez au lieu de les filmer. Plus difficile de prêter à confusion avec le Videomic…

Utiliser un micro XLR supposera donc l’utilisation d’un adaptateur XLR / mixette vissée sous le boitier de votre réflex. Cela représente a-fortiori, un encombrement supplémentaire auquel il faudra vous préparer, que ce soit avant le tournage (transport), pendant (une fois monté sous le boitier) et après (rangement et stockage). Mais le jeu en vaudra certainement la chandelle, pour obtenir une qualité sonore professionnelle.

Le matériel conseillé selon vos typologies de tournages

Afin que cet article soit le plus concret et le plus accessible possible, je vais vous lister dans cette partie le matériel adéquat selon le type de situation.

 

Interview posé, en studio ou sur le terrain / priorité à la voix

Supports : Perche ou trépieds pieds pour micros
Micros : Uni-directionnels type Rode NTG1, NTG2 ou NTG3 selon la portée de la captation. Si vous hésitez le NTG2 est certainement le plus populaire des trois.
Sources d’enregistrement : Dans le boitier réflex via une mixette XLR ou un enregistreur numérique type Zoom H4N, Tascam DR-40 ou la fameuse mixette / enregistreur hybride Fostex DC-R302.

 

Mariages, évènements / priorité aux sons ambiants et aux voix (discours)

Supports : Micro seuls, ou le support pour griffe de flash Beachtek Multimount 5D pour y fixer le micro et/ou un récepteur HF. Le support Zoom HS-1 peut également vous permettre d’utiliser l’enregistreur Zoom H4N comme un micro de terrain sur votre boitier réflex.
Micros : Pour les sons ambiants, les objects et les voix (ex : préparatifs de la mariée), les micros Sennheiser MKE-400 (assez compact et discret) ou le Videomic pro de Rode feront très bien l’affaire.
Pour les discours durant les cérémonies ou la soirée, je conseille fortement des micros sans-fil type EW-112  (1 pour deux mais avec le risque de capter aussi du bruits ambiants) ou le EW-122 de Sennheiser (1 par personne).
Sources d’enregistrement : Une mixette est là aussi fortement conseillée pour éviter des longues heures de synchro en post-prod et effectuer le monitoring en live. Elles peuvent se fixer facilement sous le boitier de votre réflex et être à la fois sur un trépied ou une monopode vidéogrâce à leur pas de vis ¼  pouces standard.

La mixette peut se fixer entre votre réflex et votre trépied / monopode vidéo

Un enregistreur type Zoom H2N, H4N ou Tascam DR-40 voire DR-05 sera nécessaire pour avoir une sauvegarde (vivement conseillée) pendant les discours, et pour enregistrer le son sans coupure pendant toute la cérémonie.

 

Concerts, manifestation / priorité à l’ambiance

Supports : Micro seuls, ou le support pour griffe de flash Beachtek Multimount 5D pour y fixer le micro et/ou un récepteur HF.
Micros : Micro stéréo omni-directionnels ou cardiode afin de capteur le son ambiant dans son ensemble. A cet exercice les micro Rode Stereo Videomic et Stéréo Videomic Pro sont bien adaptés. Si vous devez enregistrer un concert en isolant le son des différents membres du groupe (ex : Voix / Instruments) un micro lavalier avec ou sans-fil peut être utilisé en complément : Rode lavalier ou Sennheiser EW-122.
Sources d’enregistrement : Directement dans le boitier via la prise jack 3.5mm ou sur un enregistreur type Zoom H2N, H4N ou Tascam DR-40, DR-05 pour éviter toutes coupures pendant l’enregistrement (ex : concert). N’oubliez pas également qu’avec ces enregistreurs, vous pouvez utiliser leur micros intégrés afin d’avoir un précieux backup de votre concert.

 

Émissions, documentaires / priorité à la voix avec le plus de liberté possible pour l’animateur

Supports : Une perche ou un support pour griffe de flash comme le Zoom HS-1 ou le Beachtek Multimount 5D ?
Micros : Le micro sans-fil sera à privilégier pour de donner un maximum de liberté à l’animateur, mais aussi au cadreur afin que ce dernier puisse faire des plans larges (sans voir de fils). Si votre choix de cadrage est serré (ex micro trottoir) alors le nouveau Rode Reporter peut être une bonne alternative, en plus vous pouvez aisément mettre votre logo dessus ☺
Dans certaine configuration un micro shotgun Rode NTG2 via une mixette XLR pourront être d’excellents choix pour bien isoler la voix, mais il supposera d’avoir recours à un perchiste ou bien que le cadreur soit plus proche des sujets, le micro étant fixé sur le réflex.
Sources d’enregistrement : Directement dans le boitier (le récepteur sans-fil du Sennheiser EW-122 / EW-112 est équipé d’une prise jack 3.5mm) ou via une mixette si vous souhaitez rassembler deux sources d’enregistrement (micro sans-fil + micro X/Y de l’enregistreur voire celui du reporter)

 

Cinéma, courts métrages

Supports : Perche ou mini-trépied facilement camouflable dans le décor.
Micros : Rode NTG2 ou NTG3 ou encore plus haut de gamme chez Sennheiser avec le ME-600
Sources d’enregistrement : Zoom H4N pour plus de flexibilité. L’utilisation d’un clap de cinéma avec l’énonciation des différentes scènes sera appréciable pour un montage simplifié.

 

Vidéos de famille (amateur)

Supports : Aucun.
Micros : Une préférence pour le Sennheiser MKE-400 plus compact et discret, sinon le Rode VideoMic.
Sources d’enregistrement : directement dans le boitier via la prise jack.

Voilà, j’espère que cette vidéo et cet article vous auront plus. Si vous avez des questions, remarques ou simplement des remerciements, n’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous.

Matériel montré dans cette vidéo :

Matériel utilisé pour le tournage de cette vidéo :

L’équipe de Lovinpix.com tient à remercier :

  • Frédéric Robin, fondateur du blog Videoeffectsprod.fr monteur, réalisateur et truquiste pour la télévision (France télévision, Française des jeux et Canal +)
  • Zy de Prestigecom pour la réalisation et l’enregistrement de cette émission.
  • L’excellent restaurant « Le Stone » à Paris pour son accueil et ses plats toujours tip top ;-)
  • Benjamin Brolet pour sa magnifique photo du micro bi-directionnel :-)

Vous avez aimé cet article ?

Ajouter un commentaire

Commentaires Facebook



Avis

  1. Super Article les gars!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>